5 technologies qui bouleverseront votre quotidien de marketeur

5 technologies qui bouleverseront votre quotidien de marketeur

Écrit par , le
Stratège Numérique

Quiconque travaille en technologies de l’information est conscient de la nature changeante, voir continuellement mutable de l’industrie. C’est pourquoi, chez HPJ, nous veillons à garder une attention continue sur les développements technologiques pour faire la part des choses entre effet de mode et changement structurel. Ces avancées vont changer, peu à peu, chacune des sphères de la société et redéfinir, pour le meilleur et pour le pire, comment les entreprises utiliseront les technologies numériques dans leur vie de tous les jours. Nous allons décrire les tenants et aboutissants de chacune de ces avancées, puis comment celles-ci changeront profondément la relation que nous avons avec le web, pour terminer avec des exemples d’entreprises locales qui capitalisent présentement sur ces technologies.

1- Internet des objets

C’est quoi ?

L’internet des objets se définit comme un réseau d’objets physiques (tel que des véhicules, immeubles, vêtements, etc.) dans lesquels nous intégrons de l’électronique, logiciel et senseur, le tout connecté par réseau. Cela permet la collecte et l’échange de données entre ces objets. Simplement, l’internet des objets est la continuité du changement apporté par le téléphone intelligent, en ajoutant des senseurs et ordinateurs dans la vie de tous les jours.

Comment cela m’affecte-t-il ? :

L’internet des objets est une révolution au sens où il redéfinit la relation qu’entretiennent les usagers avec leurs objets de tous les jours. Initié par l’arrivée du téléphone intelligent, la révolution IoT s’inscrit dans la tendance à fournir des objets fonctionnels, couplés de fonctionnalités liées à internet. L’ubiquité du téléphone intelligent permet le développement d’entreprises et de services dont les fonctionnalités sont à la base même de la valeur ajoutée de ces initiatives (pensons à Uber et le GPS). Le même constat pourra se faire aisément lorsque les vêtements intelligents (ou “wearables” pour les initiés) seront démocratisés et apporteront du contexte aux services de demain.

L’impact IoT en 3 points :

  • Prolifération de nouveaux objets connectés qui sauront/pourront communiquer avec des plateformes web, leur fournissant des données et permettant une relation bidirectionnelle entre la plateforme et l’utilisateur. Demande accrue des marketeurs web de devenir concepteurs d’expériences.
  • Génération de données utilisateurs très granulaire permettant la création de contexte. Le contexte se définit par des données pouvant aider une plateforme web à servir une expérience personnalisée et interactive. L’IoT promet des expériences physiques plus riches et une technologie plus invisible, orchestrée par de multiples microintéractions entre l’utilisateur, ses objets et les espaces physiques. Nécessité de comprendre les données non linéaires et d’en retirer des tendances.
  • Redéfinition de l’ensemble de secteurs de l’économie vers un “data-driven management” initié par l’amas de données capturées par l’ensemble des éléments de la chaine de production. Rationalisation des processus de production vers une expression granulaire des tâches (Taylorisme 2.0). Prise de décision basée sur étude longitudinale de données et amélioration continue des processus d’affaires. Couplé à l’intelligence artificielle, l’IoT promet un monde connecté et intelligent qui s’améliore avec l’utilisation.

Exemples :

Quelques entreprises québécoises capitalisent sur les récentes avancées de l’IoT, parmi celles-ci nous en avons choisi deux, qui représentent à notre humble avis, deux visions du marché et du futur de l’internet.

ReelyActive :

ReelyActive est une entreprise basée à Montréal, fondée en 2012 par Jeff Dungen, ingénieur informatique se spécialisant dans les systèmes embarqués et l’intelligence artificielle. Reely Active se spécialise dans la création d’environnements intelligents pour les espaces commerciaux et les évènements. La technologie développée par Jeff et son équipe consiste en un senseur bidirectionnel permettant à l’entreprise de localiser les participants au sein d’un espace équipé de ses senseurs et lier des profils utilisateurs à une base de données et de déclencher des expériences en fonction des actions des utilisateurs.

La solution développée par ReelyActive représente, à notre avis, l’état de l’industrie au niveau des plateformes axées sur la création d’expérience. En réduisant les possibilités techniques à une technologie propriétaire et à leur plateforme, l’entreprise offre une solution prête pour le marché qui s’inscrit dans les tendances de l’industrie.

Pour plus d’information

ioTHEATRE :

Imaginé et créé par Jonathan Belisle, pour la production de son projet personnel, Wuxia le renard, un livre augmenté, activé par la voix. ioTHEATRE est une plateforme d’orchestration d’expérience connectée. Développée par Saga, une entreprise en transmédia de Québec, la plateforme se veut l’équivalent de la plateforme WordPress, pour l’internet des objets. En effet, l’ambitieuse mission de l’entreprise est de démocratiser la création d’expérience technologique en abstrayant le pan technique (mise en place des infrastructures, programmation des interactions, etc.).

Véritable plateforme de création, ioTHEATRE a le désir de réintégrer la poésie dans le monde de la technologie et cela passe, à leur avis, par une plateforme dédiée au créateur et aux designers d’expérience.

Pour plus d’information

Autre entreprise :

www.omsignal.com

 

2. Commerce de conversation (Messagerie Commerciale)

C’est quoi ?

La messagerie commerciale ou commerce de conversation comme l’appelle certains analystes, est la nouvelle tendance des applications de messagerie de permettre une communication commerciale entre les marques et l’utilisateur. Cela signifie qu’il est maintenant possible, à la manière d’un contact privé, de communiquer avec les marques pour obtenir une expérience similaire au web, sans quitter les applications de messagerie.

La messagerie commerciale s’inscrit dans une tendance forte, soit la migration des utilisateurs vers des plateformes utilitaires (médias sociaux, messagerie, etc.) pour l’ensemble de leurs besoins sur le web. Ainsi, au lieu d’aller sur le site des marchands, plusieurs utilisateurs préfèrent maintenant utiliser des plateformes sociales pour entrer en communication avec les marques. Celles-ci nécessitent des intégrations poussées au sein des plateformes de messagerie pour assurer une expérience utilisateur fluide et aussi riche que les plateformes web.

L’arrivée d’unités d’intelligence artificielle permet la création de “bots”, des logiciels de messagerie automatisés visant à répondre à des besoins précis des utilisateurs, tel que la recherche, transactions, etc. Cette tendance forte aide à démocratiser l’accès à ces technologies pour les marchands et marketeurs qui tendent à privilégier des solutions pouvant servir un nombre élevé d’utilisateurs sans trop grande implication humaine.

Comment cela m’affecte-t-il ?

L’arrivée de cette habitude de consommation requiert une réponse de la part des marketeurs. Sachant que la majorité des utilisateurs utilise une plateforme de messagerie instantanée, les spécialistes du numérique se doivent de trouver des moyens de connecter avec leur audience. En somme, la messagerie commerciale aide les marketeurs à régler le problème de découverte (comme a pu le faire Facebook) et le problème de la démultiplication des plateformes et applications, ce qui cause de la friction au niveau de l’acte d’achat.

  • La messagerie commerciale en 3 points :
    Démultiplication des canaux de communication avec l’usager, demandant une coordination accrut des différentes campagnes et stratégies. Personnalisation des offres aux besoins de l’utilisateur.
  • Automatisation de tâches de service à la clientèle, traitement de plusieurs demandes automatiquement, avec un humain dans la chaine pour assurer un traitement adéquat des demandes clients
  • Besoin de redéfinir la relation qu’entretiennent les marques avec leur audience web.

Exemple :

Automat

Entreprise fondée en 2016 par Andy Mauro, ancien directeur sénior des innovations cognitives de Nuance, Automat se spécialise dans ce que l’on appelle communément les “bots”. Les “bots” sont des unités d’intelligence artificielle qui opère le compte de messagerie d’une entreprise pour répondre à des cas d’usage précis. Ainsi, l’entreprise promet (puisqu’elle est toujours en mode invisible) d’automatiser les communications d’affaires et de permettre à tous de développer leur propre unité de messagerie commerciale.

Plus d’information

 

3- Intelligence artificielle

C’est quoi ?

Autrefois le domaine de la science-fiction, l’intelligence artificielle a fait des bonds de géants depuis les représentations cinématographiques des années 80. En clair, l’intelligence artificielle se définit comme la capacité de la part d’un logiciel de traiter les données pour faire de l’amélioration continue de son processus sans intervention humaine. Le tout dans le but de donner une expérience toujours plus adaptée au besoin des utilisateurs. L’arrivée de Siri (et des compétiteurs subséquents : Cortana, Alexa, etc.) fut la première fois où les utilisateurs étaient confrontés à une expérience d’intelligence artificielle.

Devant la popularité des plateformes d’assistants personnels, plusieurs entreprises ont préféré utiliser des avenues moins sexy, mais plus payantes. Ces entreprises ont décidé de se concentrer sur un problème précis de l’apprentissage machine, tel que le matriçage audio ou le “big data”, ce qui leur permet d’arriver à des résultats très rapidement.

Comment cela m’affecte ?

L’intelligence artificielle va profondément changer et automatiser des tâches dévolues à des personnes humaines. Pour les marketeurs, il s’agit d’une opportunité en or de créer des expériences personnalisées dont la valeur ne cesse de croître avec utilisation.

L’intelligence articifielle en 3 points :

  • Amélioration continue des logiciels, services et processus d’affaire nécessitant une notion forte de développement itératif et de “data-driven experiences”.
  • Automatisation de tâches simples dévolues à des employés. Disparition de certains services ou besoins clients de par l’arrivée d’unité d’intelligence.
  • Nécessité d’une connaissance poussée des modèles statistiques et d’une expertise en analyse de données.

Exemple

Mix Genius (LANDR) est une entreprise montréalaise utilisant l’apprentissage machine et l’apprentissage profond pour aider les musiciens dans la production et matriçage de leurs oeuvres. Leur premier produit LANDR est une plateforme de matriçage automatique disponible sur le web. L’entreprise a su prendre un processus complexe et qui nécessite la présence de professionnels humains pour le remplacer par un logiciel qui offre le même service grâce à l’intelligence artificielle.

Plus d’informations

 

4- Réalité augmentée et virtuelle

C’est quoi ? :

La réalité virtuelle est une forme de média immersif qui existe sous plusieurs formes et appellations depuis les années 80. Aujourd’hui, la réalité virtuelle et augmentée réfère à des plateformes et technologies propres (telle que Oculus, Samsung Gear VR, Magic Leap, etc.), mais aussi aux contenus et formes de narrations qui accompagnent ces plateformes. Immersion ou superposition de contenu sur le réel, la réalité augmentée et virtuelle se veut une nouvelle façon de raconter des histoires, de les consommer et d’interagir avec le virtuel.

La prolifération des téléphones intelligents a permis à la réalité augmentée de démontrer certains cas d’usage et de démocratiser la technologie pour l’utilisateur moyen. Cette nouvelle technologie demande une adaptation sur les processus usuels de “storytelling” et de production de contenus, nécessitant des équipements particuliers, tant pour la création que la consommation.

Comment cela m’affecte-t-il ?

L’expression “Content is King” est bien connue des spécialistes du marketing et de la publicité. Cette expression changera peut-être dans le futur vers “Experience is King” puisque les contenus ne seront plus vécus de manière passive. L’immense possibilité de l’immersion demande de la part des créateurs, un renouvellement des codes et bonnes pratiques de l’industrie. Les contenus pourront donc être de plus en plus interactifs, ouverts et narratifs. Fini l’époque de la consommation passive de publicité, les contenus publicitaire de demain devront s’inscrire au sein même de l’expérience utilisateur.

La réalité virtuelle en 3 points :

  • Prépondérance du “Storytelling” dans la création de contenus. La réalité virtuelle réduit la linéarité des processus de production de contenu. Nécessité de créer des expériences ouvertes et d’investir dans de l’équipement et du savoir-faire particulier
  • L’arrivée de plateforme de réalité augmentée est un premier test pour le marketeur, à savoir, comment s’articulera une expérience de marque une fois superposée au monde réel.
  • Nouveau matériel et nouvelles habitudes de consommation à établir. Technologie non-démocratisée et encore à ses balbutiements, gros potentiel d’expérimentation et de gains en agissant comme “first-mover”.

Exemples :

Felix & Paul Studio

Felix & Paul est un studio montréalais spécialisé en expérience immersive et réalité virtuelle. Fort d’un financement récent de plus de 6,8 millions de dollars, Felix & Paul se positionnent comme la référence québécoise en contenus immersifs de qualité. Leurs projets précédents, que ce soit en musique ou autres arts de la scène leur ont permis de démontrer la force et flexibilité que le médium offre aux utilisateurs et aux créateurs.

Plus d’informations

Merchlar

Fondé par Awane Jones, Merchlar est une agence publicitaire spécialisée dans la création d’expérience augmentée pour ses clients commerciaux. Une expérience augmentée se définit comme une expérience analogue (dans le monde réel) couplée d’un composant interactif, soit à travers des écrans tactiles, projections ou autres installations sur mesure. L’entreprise existe depuis près de 10 ans et continue toujours d’explorer les nouveaux médiums pour raconter les histoires et expériences que les marques leur confient.

Pour plus d’informations

 

5- Blockchains

C’est quoi ?

Technologie derrière la fameuse crypto-monnaie BitCoin, les “blockchains” ou chaîne de blocs est une base de données distribuée qui gère et maintient une liste d’enregistrement protégée contre la falsification et les modifications des noeuds de stockage. En somme, il s’agit d’une liste géante, chronologique, de toutes les opérations effectuées depuis la création du système opérant avec cette technologie. Les blocs consistent en des structures de données contenant l’ensemble des transactions effectuées après sa création, ceux-ci contiennent la solution à tous les autres blocs permettant de se valider entre eux, sans accès à une base de données centrale. La technologie s’apparente à d’autres technologies “peer-to-peer” telles que les “torrents” dans le sens qu’elle se base sur une communauté dont chaque participant permet de maintenir l’intégrité de la chaîne indépendamment des utilisateurs individuels.

Comment cela m’affecte-t-il ?

Le blockchain a le potentiel de révolutionner l’ensemble des transactions sur le web. La technologie a produit une onde de choc dans les orientations stratégiques de certaines industries, puisqu’il permet de créer une “confiance technologique” basée sur des données non altérables ou falsifiables. Pour le moment, une technologie marginale dans le monde du web, elle aura un impact certain lorsque les entreprises de paiement (Visa, MasterCard,etc.) décideront d’implémenter la technologie pour assurer une meilleure authentification des transactions en ligne, réduisant la fraude et autres attaques à l’intégrité des systèmes qui sous-tendent le web d’aujourd’hui.

Le blockchain en 3 points :

  • Apparition de nouveaux systèmes d’authentification permettant le traitement de millions de transactions de manière décentralisée.
  • Création d’une unité de confiance dans la technologie. Capacité d’identifier avec confiance, les utilisateurs, transactions et permissions. Apparition de nouveaux services basés sur les possibilités permises par le Blockchain.
  • Potentiel de permettre la décentralisation et la disparation de beaucoup de postes dans les domaines de la sécurité, conformité et prévention de la fraude.

Exemple :

Blockstream est une entreprise montréalaise fondée par l’entrepreneur en série Austin Hill et a reçu plus de 55 millions pour étendre l’infrastructure derrière les “blockchains” et Bitcoin à des applications commerciales. L’entreprise a su se positionner comme les créateurs d’une infrastructure qui aura à terme des implications dans l’ensemble de la société et dont les caractéristiques sont assez flexibles pour permettre une adoption forte et rapide, tout en étant assez robustes pour être une alternative sérieuse aux processus d’affaires actuels.

Pour plus d’informations